Guide de survie à l’attention des jeunes parents

Guide de survie à l’attention des jeunes parents

jeunes_parents
Guide pour les jeunes parents

Approche bienveillante, rituels apaisants, attitude respectueuse de l’environnement valent mieux que mesures de rétorsion et ultra consommation. Croyez-nous ; il existe des solutions positives pour vous aider à passer le cap parfois difficile de la petite enfance.

Des blogs et des forums à foison, une multitude d’ouvrages en librairie, des vidéos de conseils aux parents sur le web, des ateliers, des conférences… L’éducation positive (1) et la parentalité bienveillante entraîne un réel engouement dans l’hexagone. Venu d’Outre-Atlantique, le concept d’éducation positive s’appuie sur les neurosciences et, dans la lignée de célèbres pédagogues (Montessori, Freinet…), il prône l’écoute des besoins de l’enfant et de ses sentiments. Avec elle, plus question de fessées ou de menaces ; on favorise l’autonomie, la coopération…

Des principes dans lesquels nombre de parents se retrouvent.
« Notamment parce qu’ils ne veulent pas reproduire l’éducation qu’ils ont reçue et dont ils ne gardent pas forcément un bon souvenir », souligne Charlotte Ducharme, auteur de Cool parents make happy kids*.

« Si le tout petit enfant a des ressources innées, il ne peut se développer seul. C’est la qualité de la dynamique d’interaction avec son entourage qui va lui permettre, ou non, de déployer toutes ses capacités au cours de son développement. Pour ce faire, la position éducative des adultes prenant soin de lui est fondamentale » explique Sylvie Beaudic, psychomotricienne et psychothérapeute.

Et Nicolas Marquis, professeur de sociologie à l’université Saint-Louis de Bruxelles d’ajouter :

« On considère de plus en plus l’enfant comme un adulte en devenir. Il est désormais affublé de tout un tas de besoins dont on ne se préoccupait pas trop avant. Si hier on pouvait lui imposer des décisions en scandant « parce que c’est comme ça », aujourd’hui nombre de parents co-construisent son éducation avec lui. Les rituels tiennent une place importante dans cette démarche.
L’heure du coucher est synonyme d’enfer pour bien des parents et souvent, on finit par s’exaspérer et perdre patience. Quant à l’enfant, qui réclame des histoires, un verre d’eau ou un énième câlin pour retarder le moment de se mettre au lit, il est tout simplement victime du syndrome de rappel. Quelle réaction adopter ? Suivons les conseils de mpedia.fr

maman_bebe
Rituel pour le coucher

 

  • Il est essentiel d’instaurer un rituel.  En répétant les mêmes gestes tous les soirs, vous créez une ambiance apaisante et confiante avec votre bébé.
  • Débutez ce rituel d’actions répétées quotidiennement dès la salle de bains avec le bain, puis le pyjama avant d’installer votre bébé dans son lit.
  • Fermez les rideaux ou les volets, installez-le confortablement.
    Veillez à ce qu’il vive un moment calme et paisible avant le coucher : éviter les jeux excitants, les chatouilles, les lancers de ballon ou d’oreillers…
  • Votre voix est importante, elle est bien connue de votre enfant. Parlez-lui, fredonnez une berceuse ou chantez une chanson, racontez une histoire (même si le contenu n’est pas saisi, la musicalité de la langue est opérante). Au fur et à mesure que votre enfant grandit, vous pourrez lire une histoire avec lui, avant de le laisser lire tout seul.
  • N’attendez pas que votre enfant soit endormi pour le mettre dans son lit. Il est très important qu’il apprenne à s’endormir dans son lit, ainsi il aura moins de mal à trouver le sommeil tout seul. Quittez la chambre avant qu’il soit endormi, afin qu’il apprenne à faire la transition vers la nuit.
  • Rassurez votre enfant en lui montrant que vous n’êtes pas loin, que vous pouvez revenir le voir s’il pleure, ou s’il se sent mal. Il peut être rassurant pour votre bébé de faire le tour des « bonnes nuits », en l’emmenant voir les différents membres de la famille. Il comprendra ainsi que la nuit est une séparation, qui sera suivie de retrouvailles !
  • Ne faites pas trop durer le rituel, au risque de gêner l’endormissement de votre bébé.
  • Enfin, n’hésitez pas à imaginer vos habitudes et vos instants de douceur avec votre bébé. Ils sont privilégiés. C’est un moment précieux pour vous également, pour être en harmonie avec votre enfant.

 

sommeil_des_enfants
Enfant serein

Dans son livre  » Un enfant serein  » , Gilles Diederichs nous distille de précieux conseils pour aider notre enfant à être positif, détendu et apaisé. Le livre au format 8,5X12 cm se glisse aisément dans un sac ou une poche. Cela permet de le feuilleter quand bon nous semble ou en cas de force majeure !

  • Le Conseil de l’Europe, qui en fait la promotion, en donne cette définition : « La parentalité positive renvoie à un comportement parental qui respecte l’intérêt supérieur de l’enfant et ses droits, comme l’énonce la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant qui prend aussi en compte les besoins et les ressources des parents. Les parents qui agissent ainsi veillent au bien- être de l’enfant, favorisent son autonomie, le guident et le reconnaissent comme un individu à part entière. La parentalité positive n’est pas une parentalité permissive : elle fixe les limites dont l’enfant a besoin, de manière à l’aider à s’épanouir pleinement. La parentalité positive respecte les droits de l’enfant et favorise l’éducation dans un milieu non violent. »

 

Publicités

Education : la bienveillance s’étend en Isère !

Education positive et bienveillante
Parentalité positive

 

Conférences au sommet, mobilisation sur les réseaux sociaux, multiplication des ateliers…

L’éducation positive

tisse sa toile dans notre département. Et on se réjouit !

En mars dernier, se tenait à Saint-Martin-d’Hères une conférence sur l’éducation positive dans le cadre du cycle de conférences Fil Good qui œuvre pour lier recherche et bien-être dans la société, animée par Ilona Boniwell, Dr en psychologie.

« Le bien-être est la priorité des parents pour leurs enfants mais ils se questionnent beaucoup sur la meilleure manière d’aboutir à ce résultat. A l’école on développe essentiellement des compétences académiques même si l’on vise à plus long terme une bonne insertion sociale et professionnelle et par là même un bien-être durable. »
Un constat édifiant livré par les conférenciers et avec qui nous nous sentons en accord. L’éducation positive concerne les formes d’éducation qui favorisent les compétences utiles aux apprentissages et celles aidant à acquérir un mieux-être, de même que le « vivre ensemble ». Il s’agit d’une approche innovante s’appuyant sur les recherches en psychologie positive et en éducation.
Docteur en psychologie, vice-présidente de l’Association française et francophone de Psychologie Positive (AFfPP), fondatrice de Scholavie, Ilona Boniwell est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la psychologie positive dont le dernier Pour des ados motivés : les apports de la psychologie positive  avec C. Martin-Krumm (Ed. Odile Jacob, 2015).

pexels-photo-853408
Bienveillance éducative en Isère

Et si on éduquait les parents ?

Quelle chance, dans notre département, on se mobilise pour ce mouvement. « Cultiver nos liens » propose aux parents, aux grands-parents, aux personnes en relation avec les enfants et les adolescents, d’approfondir leurs ressources par le biais d’ateliers en groupe, de conférences et de l’accompagnement individuel.
Sur son blog, Fami Lien, membre du Réseau Parentalité positive, se demande sans détour s’il ne faudrait pas éduquer les parents. Carrément ! « Les parents ont-ils besoin de formation, d’accompagnement, de soutien ? N’est-ce pas une fonction somme toute très naturelle d’être parent ? » Et d’ajouter : « La difficulté pour nous parents qui n’avons pas reçu ce type d’éducation, c’est que nous avons en nous des automatismes qui nous empêchent souvent de parvenir à utiliser ces outils, car nos enfants réveillent nos blessures d’enfant. C’est donc une tâche particulièrement ardue et longue que d’apprendre à faire autrement. »
Par ailleurs, les Journées de la Bienveillance éducative en Isère s’attachent à informer le public sur les alternatives éducatives, permettre un débat et une réflexion et offrir du soutien aux parents et aux éducateurs.

Alors, l’éducation bienveillante, vous commencez quand ?

https://www.cultivernosliens.com/
https://fami-lien.fr/blog/
http://education-positive.org/

Ma petite semaine bio

LWP17_ALM_Facebook

 

Tout est dans le titre. Pour célébrer le printemps et les beaux jours qui reviennent je vous fais un joli cadeau !

10 % de remise sur toute ma boutique A little Market ! Bavoirs originaux tout doux en coton bio certifiés GOTS, doudous pour enfant en textiles et rembourrages bio, lingettes lavables en coton bio de qualité et accessoires maternité en textiles bio et matières végétales bio.

Depuis peu vous trouverez aussi des sacs à vrac zéro déchet et aussi des paniers en toile de chanvre bio et coton bio pour ranger toutes les affaires de bébé ou les vôtres ^^

 

Je range mon bordel…

… et j’optimise ma vie.

DSC_1430

Avant le mot ranger signifiait pour moi : ouvrir un placard ou une boîte tout coller dedans et vite refermer la porte ou le couvercle. Et hop on en parle plus.

Depuis quelques temps j’ai entamé un changement dans  ma vie de femme, de mère et d’être humain.

Je me suis rendu compte que cette méthode du « je mets tout dans le placard » était nocive car cela ressemble un peu à la procrastination  Ouh le vilain mot !!! Il s’agit du fait de remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même. Avec le temps on se retrouve à jamais rien faire de ce que l’on avait prévu. Et le temps file à une allure !!!

Heureusement nous avons souvent déménagé et cela nous a permit à chaque fois de faire le tri des affaires que l’on accumulait. Beaucoup de gens n’ont pas cette « chance » et accumule au fil du temps tout un tas de « bordilles » comme on dit dans le Sud. Et c’est leurs enfants qui ont la joie de tout trier et  débarrasser quand vient le jour de leur grand départ… Procrastination …

 

atelier

Depuis que je travaille chez moi, je me rends compte de l’importance d’avoir un tant soit peu d’ordre dans les objets que j’utilise pour travailler. Pas trop cool de chercher ses ciseaux ou ses bobines de fils…  Du coup c’est promis je vais Konmariser mon atelier et si je suis contente  du résultat ce sera au tour de la maison. J’ai déjà Konmariser ma vie en éloignant les mauvaises personnes de moi …

la-magie-du-rangement-la-methode-konmari-16850456

Le livre La magie du rangement de Marie Kondo  a donné un mouvement qui s’appelle la Méthode Konmari. Je ne vous ferais pas un explicatif de cette méthode car on trouve déjà plein d’articles et de blogs traitant déjà du sujet. Je vous passerai les photos de mon bordel aussi j’ai envie de vous préserver. Et je vous épargnerais aussi les merveilleuses photos de mon intérieur étincelant avec rien qui traine car ce style de photo me fait peur et m’angoisse. Nous vivons dans nos maisons et cela est normal d’avoir un peu d’objet ci et là qui sont juste posé et ne demande rien à personne. Un livre posé ou un jouet par terre n’ont jamais tué personne ! Les personnes que cela fait stresser (et j’en faisait partie il y a longtemps avant d’avoir 5 enfants ) devraient peut être chercher la raison de ce malaise chez eux ???

Je n’ai pas lu le livre encore. Je vais essayer de me le faire prêter ou direction la médiathèque pour leur demander s’ils l’ont sinon. On peut suggérer l’achat. Souvent ils prennent en compte nos demandes quand c’est pertinent. Et dans ce cas précis je pense que cela pourrait servir à beaucoup de monde ^^

Il s’agit d’être rationnel dans la façon de placer ses objets et de se respecter en respectant son intérieur et les objets qui s’y trouvent.

Je suis aussi minimaliste, donc cette méthode permet aussi en triant et en rangeant de faire le vide et de se débarrasser de ces objets qui nous encombrent car superflus. Si on en possède pas l’utilité autant les prêter, les donner, les vendre ou bien troquer  … On peut  plus de ranger, faire des rencontres. Ce qui est d’autant plus gratifiant !

De ce fait je me suis mise aux brocantes avec les enfants et on adore  ! Transmettre un objet même si c’est de façon pécuniaire est très valorisant. Les enfants apprécient beaucoup et cela leurs apprend la « valeur » des choses.

Attention on ne  jette rien svp ! Sauf si c’est vraiment dans un piteux état… et encore des fois en bricolant il y a toujours moyen de redonner une seconde vie à un objet.

 

Et vous   ? Comment rendez vous votre intérieur et votre vie plus agréable ?

 

 

 

Mon Zéro déchet à moi…

20150422_104514

 

Pas facile de vivre écolo de nos jours …  on est constamment jugé et moqué par les nombreux moutons qui forment notre société. Je sais ce n’est pas tendre comme expression mais c’est ce que je ressens.

On entend de plus en plus parler de zéro déchet, l’idée c’est de réduire au maximum voire de rendre inexistants nos déchets. Oui oui c’est possible !!

En changeant nos habitudes de consommation et aussi notre façon de voir les choses.

On a toujours l’impression qu’on subit les choses, que la pollution , les poubelles qui s’accumulent autour de nous, la nature qui petit à petit est détruite, le climat qui change… Que tout ça c’est pas notre faute, que c’est la faute des nantis qui nous gouvernent.

Et bien non, comme on dit les petites rivières font les grands océans. On a chacun notre part à faire et se contenter de baisser les bras en haussant les épaules ce n’est pas la solution !

On peut commencer par consommer intelligent, ne pas se contenter d’acheter ce que les magasins nous proposent. Avec leurs suremballages, produit prêts à consommer industriels tel que la magnifique petite madeleine dans son sachet individuel que l’on glisse sans complexe dans le sac du petit dernier  pour son goûter . Il y a des alternatives à tout ça et oui ! Il faut juste prendre le temps ! C’est sûr c’est un investissement personnel au début de se sortir des ses mauvaises habitudes tellement elles sont ancrées en nous.

La madeleine on peut la faire nous même et la glisser dans un boîte. Goûter épargné de l’écrasement et pas de déchet à la poubelle ! Yes !

Comme vous le savez nous vivons ma tribu et moi dans une maison  bois à la montagne, nous avons des toilette sèches, bassin de phytoépuration, potager  et récupérateur d’eau de pluie afin de minimiser notre consommation et notre impact sur cette chère planète.

Afin de réduire nos déchets on peut commencer par prendre le temps de faire des choses soit même. Les enfants adorent participer et aider à faire à manger. On peut faire ses  propres yaourts, ses gâteaux, ses glaces, cuisiner plus de produits frais venant du marché ou des petits producteurs locaux, bio de préférence ^^

Cela demande du temps c’est vrai mais c’est du temps que vous pouvez partager avec vos enfants.

Qui ne se rappelle pas des moments passés avec sa mamie, sa mère ou son père ( je faisais les pizzas avec papa !) à faire des gâteaux (mamie tarte au fraise) ou la cuisine (maman ratatouille) ? Ce sont des moments de pur bonheur, on s’en rend compte seulement un peu tard dans son existence c’est tout.

Moi je veux profiter de mes enfants aujourd’hui et leur inculquer  cette vision des choses : savoir profiter de tous ces petits bonheurs d’être ensemble, de partage.

De plus, c’est un super apprentissage pour eux, ils apprennent vite à se débrouiller tout seul. Et oui famille nombreuse c’est une véritable éducation !

Et pour laver les vêtements de tout ce petit monde je fais ma propre lessive avec du savon de Marseille, bicarbonate de soude.

Pour les vêtements, d’ailleurs je n’hésite pas à aller chez mon Emmaeus du plateau.

J’adore fouiner et trouver des perles dans leur gros bacs. Faut dire que j’étais habituée toute petite déjà. Ma mère m’emmener au marché où il avait la fripe et c’était parti pour des moments de recherche et quel bonheur quand on trouvait « la robe » ou  « le top » !

Ce système permet d’habiller tout le monde à moindre coût avec des vêtements de qualité car on trouve souvent de la marque. Faut avoir l’oeil .

Pour les débarbouillages et soin du visage et yeux du matin et du soir, on utilise des lingettes en coton lavables et réutilisables à volonté. Des bio aussi puisque c’est moi qui les faits ^^

 

 

 

J’utilise aussi l’appli Vinted car même si je suis bio et écolo j’ai envie d’être belle et pas de ressembler à un sac à patate ^^ Je réserve cette tenue quand je bricole ou quand je suis au jardin en mode off comme on dit  ha ha .

Pour la culture vous trouvez des sites de troc comme Troczone pour donner une seconde vie à vos  livres, cd, jeux et dvd. Et les broquantes de l’été on en parle ? Dans un autre post promis !

Pour faire ses courses et transporter ses affaires il y a aussi une alternative au sachet plastique. Oui c’est enfin interdit mais on trouve encore des commerçants qui essayent de nous refourguer leur stock. Et puis pour certains aliments (viande, poisson etc)  ils sont encore tolérés. Quand c’est pas les gens qui les réclament !!! Véridique , entendu sur le marché…

On peut utiliser des sacs en tissus, on en trouve de plus en plus dans

les commerces. Enfin  !

Certains viennent avec leur bocal ou leur sac en papier. On trouve de plus en plus d’ épiceries  à vrac. Dans pas mal de magasins bio (grande surface aussi) vous en avez aussi. Et pitié n’achetez pas de légumes bio en barquette sous plastique. J’ai posé la question du pourquoi et on m’a répondu que les légumes bio ne se conservaient pas bien car ils étaient pas traités. Pfff …

Voici ma dernière pierre à l’édifice :

20161206_185236

 

Mon magasin bio local :La Belle Verte m’a gentiment( merci à eux de leur confiance) commandé des pochons à vrac pour  légumes frais, et le vrac. J’ai donc confectionné 100  pochons en toile de coton bio !

Voilà à ma petite échelle ce que je fais au quotidien, tout est perfectible et j’espère encore progresser…

 

Et vous c’est quoi vos actions ZD ?